Inscription

Bienvenue sur Méditation-Forum.

Si c'est votre première visite, n'oubliez pas de vérifier la FAQ. Vous devrez peut-être vous inscrire avant de pouvoir envoyer des messages : cliquez sur le lien d'inscription ci-dessus pour continuer.

Bienvenue sur notre forum, pensez à vous inscrire et venez discuter, débattre et nous faire part de votre expérience, à bientôt!
Affiche les résultats de 1 à 3 sur 3

Sujet : Je, nouvelle

  1. #1

    Je, nouvelle

    Bonjour,

    Je me suis mise à la méditation il y a peu, suite à un long chemin que je qualifierais d’apprentissage à moi, à moi et (avec…) les autres.
    Je crois qu’à force de privilégier les autres, de les comprendre, de les aimer, de les pardonner, de les soutenir envers et contre tout, je m’étais simplement oubliée. Je l’ai payé gravement il y a vingt ans par une dépression sévère dont je suis sortie bon an mal an au bout de dix ans de thérapie très bienveillante. Malgré tout, j’ai continué à être «*l’aidant naturel*» de ma famille, des gens connus ou pas qui sentent à distance un potentiel d‘empathie et ma tendance à faire passer les autres avant moi. Grâce à la thérapie, j’ai bien compris les mécanismes, ce qui se jouait en moi (une identité de grande sœur de quatre enfants dont les parents ne faisaient pas le job), j’ai fait la paix avec moi et mes parents. Mais pour ma famille je reste un pilier, qui pouvait tout absorber, sans besoin personnel, à qui, malgré tout, on pouvait balancer en pleine figure tout ce qui peut passer par la tête, par les nerfs… J’ai passé une grande partie de ma vie à rentrer la tête et à faire profil bas…
    Suite à un grave clash, une prise de décision engageante, j’ai senti que comprendre ne suffisait pas et qu’il manquait une dimension à la prise de conscience. Comprendre ne signifie pas changer et je devais changer pour qu’autrui soit amené à me considérer autrement. En gros, l’incantation ne suffit pas…
    J’ai commencé à m’occuper du corps (yoga, gym 2 à 3 fois par semaine) quand j’avais un créneau. Puis j’ai arrêté de fumer, je vapote encore mais je veux rester douce avec moi et me laisser du temps.
    A l’automne 2016, je me suis attaquée à ma respiration (dite «*suspendue*» par une kiné,il y a longtemps), J’ai senti qu’il y avait quelque chose à faire bouger de ce côté-là. J’ai cherché des solutions seules (merci Internet) et je suis tombée sur les exercices de cohérence cardiaque. Je me suis documentée et j’ai pratiqué régulièrement pendant 6 mois. Et puis, naturellement, l’idée de la méditation s’est imposée à moi. J’ai cherché des lieux pour m’inscrire, sans trouver, bien sûr, l’endroit idéal où je peux venir quels que soient mon agenda et mon lieu de vie. Grâce à une application (Zenfie) je m’y suis mise voilà deux mois, sans rien attendre que la continuité de la cohérence cardiaque, une sorte d’apaisement qui dépasse toute la compréhension intellectuelle des phénomènes qui me traversent. J’expérimente le lâché prise actuellement le soir durant 15 minutes. Le matin et le soir, je rajoute depuis quelques temps 15 à 20 minutes de méditation silencieuse en autonomie.
    Mes sensations pour l’instant*:
    - Globalement, pendant les séances, je ne ressens pas trop d’agitation mentale, parfois des «*obligations*» très prosaïques (du type il ne faut pas que j’oublie ceci ou cela) traversent mes temps de respiration (surtout le matin d’ailleurs)*;
    - J’ai beaucoup de mal à ressentir mes émotions, ce qui n’est pas étonnant compte tenu de mon histoire…
    - J’ai souvent des douleurs (qui demeurent après la méditation) au niveau du plexus solaire, comme si ça bloquait à cet endroit-là. C’est pratiquement le cas tout le temps depuis une semaine.
    - Je me sens plus calme intérieurement dans la vie de tous les jours, moins agitée de l’intérieur (je suis toujours passée pour quelqu’un de calme).
    - Je dors nettement mieux et me sens reposé après une nuit de sommeil.
    - J’essaie d’appliquer souvent dans la journée à ce que j’ai ressenti pendant les séances (laisser passer les émotions par exemple, ou bien respirer, se centrer sur la respiration…). Je suréagis moins… les chevaux partent moins vite, moins en désordre, observent le trajet avant de foncer… Bref, il y a du mieux, c’est certain.
    - Mon rapport aux autres est plus simple, j’ai envie de parler, de sourire aux inconnus rencontrés (les caissières, les commerçants…) sans rien attendre, sans avoir peur d’être jugée et tant pis s’ils ne répondent pas ou me prennent pour une originale (mais en réalité, ça arrive fort peu) et parfois, il se passe des petits moments de grâce qui font du bien. Aidant familial de ma mère handicapée (mais je travaille aussi), je me rends compte que je ne me braque plus (intérieurement) quand elle exagère un peu et parviens souvent à trouver un biais pour trouver un équilibre entre elle et moi en me posant ces petites questions*: est-ce important (pour moi, pour elle) ou non*? Qu’est ce qui se joue*(en moi)*? J’observe et ce petit pincement se relâche, s’éloigne, comme une bulle de savon dans le vent. Bizarrement, on dirait que ma mère le sent aussi et qu’une certaine douceur s’installe… ou alors c’est une impression…

    Parallèlement à ma petite pratique d’humble novice, je lis des livres et je fouine sur le net. C’est ainsi que je suis tombée sur ce site qui m’a parlé. Les conseils de Yann m’ont semblé d’une grande sagesse, les membres d’une grande honnêteté… Bref,
    je me suis inscrite sur ce forum pour partager, lire et écouter les conseils ou les avis… Continuer, observer mon chemin tout en croisant celui de ceux qui, comme moi, ont emprunté ce chemin de traverse unique à chacun. A chaque virage, derrière, je ne sais pas ce qu’il y a mais j’ai très envie d’y aller…
    Je vous souhaite à tous une belle vie intérieure.

  2. #2
    Bonjour Adalie,

    Merci pour cette très belle présentation et sois la bienvenue sur ce forum
    Dans l'humanité ce sont les hommes qui me surprennent le plus.
    Parce qu'ils perdent la santé pour accumuler de l'argent, ensuite ils perdent de l'argent pour retrouver la santé.
    Et à penser anxieusement au futur, ils oublient le présent de telle sorte qu'ils finissent par ne vivre ni le présent ni le futur.
    Ils vivent comme s'ils n'allaient jamais mourir et meurent comme s'ils n'avaient jamais vécu.

    Sa Sainteté le Dalaï Lama

  3. #3
    Coucou Adalie, effectivement belle présentation et sois la bienvenue, au plaisir de te lire.

 

 

Règles des messages

  • Vous ne pouvez pas créer de sujets
  • Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
  • Vous ne pouvez pas importer de fichiers joints
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  
  • Les BB codes sont Activés
  • Les Smileys sont Activés
  • Le BB code [IMG] est Activé
  • Le code [VIDEO] est Activé
  • Le code HTML est Désactivé
Haut de page