Inscription

Bienvenue sur Méditation-Forum.

Si c'est votre première visite, n'oubliez pas de vérifier la FAQ. Vous devrez peut-être vous inscrire avant de pouvoir envoyer des messages : cliquez sur le lien d'inscription ci-dessus pour continuer.

Bienvenue sur notre forum, pensez à vous inscrire et venez discuter, débattre et nous faire part de votre expérience, à bientôt!
Affiche les résultats de 1 à 3 sur 3
  1. #1

    Reglementons la cigarette electronique sans delai

    Les maladies liées au tabac constituent plus de la moitié des pathologies que sont conduits à soigner les pneumologues francophones rassemblés, les 1er, 2 et 3 février, à Lille, lors de leur 17e Congrès de pneumologie de langue française (CPLF).

    Alors que l'industrie du tabac présente régulièrement des produits dits "moins dangereux", les cigarettes actuelles tuent toujours la moitié de leurs fidèles consommateurs, en 2013, comme elles le faisaient en 1950. La Cour des comptes vient de rappeler que la cigarette, non seulement ruine la santé et la vie, mais de surcroît ruine la France et les Français et accroît les inégalités.

    EN DEHORS DE TOUTE LÉGALITÉ


    C'est dans ce contexte qu'est apparue l'e-cigarette, produit qui, bien que largement commercialisé par plus de 100 boutiques spécialisées en France, sur Internet, par les buralistes, dans certaines épiceries, chez certains marchands de journaux et même - en dehors de toute légalité - par certains pharmaciens, reste, en 2013, très insuffisamment étudié.
    Le défi à relever par les médecins, confrontés aux demandes des patients, et par les autorités est de décrypter rapidement ces nouveaux produits et de rassembler tous les éléments nécessaires permettant d'émettre un avis.

    E-TABAGISME PASSIF


    En l'absence de certitudes sur le niveau de toxicité à court et à long terme, les autorités se doivent, au nom du principe de précaution, d'encadrer sans délai et de façon adaptée ces produits qui, en tout état de cause, ne sont pas dénués de tout danger.
    Pour l'entourage du consommateur le danger de l'"e-tabagisme passif" est théoriquement très faible, mais chacun peut cependant considérer que consommer une e-cigarette dans un endroit où il est interdit de fumer constitue une incitation à le faire.
    Si on peut se réjouir de l'interdiction d'utiliser l'e-cigarette dans les avions, on peut regretter que Johnny Depp choisisse le TGV pour montrer à Angelina Jolie le fonctionnement de la cigarette électronique dans le film Le Touriste, que rien n'interdise formellement à ce jour à un enseignant de "vapoter" devant sa classe de CM2, ou à un médecin de l'utiliser à l'hôpital face à ses patients.
    Le consommateur d'e-cigarettes envoie chaque bouffée heurter son arrière-gorge puis cheminer profondément dans les voies respiratoires. Environ 25 % du produit sera déposé, le reste sera expiré sous forme d'un léger nuage qui persistera quelques secondes. Certains consommateurs prennent 250 bouffées d'e-cigarettes, comme ils prenaient 250 bouffées de cigarettes de tabac.

    "PRODUIT DE CONSOMMATION COURANTE"


    Cette répétition extrême n'est a priori pas anodine. Certes, bien que les certitudes manquent cruellement, on peut cependant raisonnablement penser que ce produit ne tuera jamais la moitié de ses fidèles consommateurs comme le fait actuellement la cigarette.

    La première publication scientifique sur l'e-cigarette date de 2009. Il y a eu ces six derniers mois plus de publications scientifiques sur l'e-cigarette qu'il n'y en avait jamais eu auparavant ! Une des études décrit en particulier une réaction de spasme bronchique nette après seulement quelques bouffées de ce produit. Aucune analyse n'a à ce jour prouvé l'efficacité de ce dispositif pour l'arrêt du tabac. Les résultats de la première grande étude de traitement sont attendus en 2014 en Nouvelle-Zélande.

    La situation de ce produit doit être clarifiée sans délai. L'e-cigarette n'est pas un produit du tabac, ni dans le code de la santé publique ni dans la réglementation européenne, bien que le code des impôts ait une rédaction ambiguë sur le sujet.

    L'e-cigarette est interdite dans certains pays, considérée comme un médicament dans d'autres et est soumise aux règles des "produits de consommation courante" en deçà des réserves de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) en France (lorsque la concentration de nicotine dépasse 20 mg/ml).

    SUBSTANCES VÉNÉNEUSES


    La réglementation sur les produits de consommation courante impose pour les "substances vénéneuses" qu'une concentration supérieure à 0,1 % (c'est-à-dire environ 1 mg/ml) conduise à des d'avertissements spécifiques. La nicotine fait partie de ces substances.

    Donner à l'e-cigarette, après validation d'études adéquates, un statut de médicament présente beaucoup d'avantages. En attendant ces études, l'ANSM a fixé à 20 mg/ml les limites de contenu en nicotine qui feraient nécessairement de ce produit un médicament.

    Le projet de directive européenne sur les produits du tabac (et systèmes délivrant de la nicotine) fixe cette limite à 4 mg/ml, concentration dépassée par toutes les e-cigarettes contenant de la nicotine sur le marché. Au-dessous de ce seuil, la Commission propose une réglementation spécifique. La demande des associations européennes est d'exiger ce statut dès que l'e-cigarette contient de la nicotine (supérieure à 0,1 % de l'e-liquide).

    Actuellement aucune e-cigarette n'est enregistrée comme médicament en France et ces produits ne répondent pas aux exigences de la réglementation sur les substances vénéneuses.

    Un statut de médicament - comme la méthadone pour la dépendance à l'héroïne - apparaît comme la meilleure solution, que l'e-cigarette soit utilisée pour la réduction du tabagisme ou son arrêt.

    Mais, plus encore que celle appliquée aux médicaments de substitution de l'héroïne, la réglementation doit faire en sorte que l'e-cigarette ne devienne pas un produit d'initiation à la dépendance. Le risque est bien réel et l'enquête 2012 de Paris sans tabac a relevé que les deux tiers des collégiens parisiens de 12 à 15 ans qui ont essayé la cigarette électronique sont des non-fumeurs.

    PROMOTION INDIRECTE DU TABAGISME


    Selon la façon dont elle est réglementée, l'e-cigarette pourrait être un produit d'arrêt du tabac si les études montraient son efficacité et ce serait une très bonne chose, mais elle peut aussi devenir un produit d'initiation, un produit pour braver les interdictions, un produit de promotion indirecte du tabagisme. Le rachat des compagnies d'e-cigarettes par les cigarettiers ne peut qu'inquiéter les pneumologues, comme tous ceux qui tentent de réduire la dépendance tabagique.
    Une réglementation s'impose d'urgence alors que les ventes explosent. Les deux options sont une réglementation spécifique aux produits autres que le tabac délivrant de la nicotine ou une réglementation pharmaceutique. Cette deuxième option est la plus pertinente et doit être mise en oeuvre.

  2. #2
    Heureusement que j'ai stoppé la clope électronique..

  3. #3
    Citation Envoyé par Admin Voir le message
    Heureusement que j'ai stoppé la clope électronique..

    Il existe de vrai vaporisateur sans danger pour la santé contrairement à ces e-cigarette bouré de métaux et de plastique.

    Aromed - Vaporisateur Aromed - Vapo Aromed 4.0 - King-vaporisateur.com

    C'est un exemple par contre c'est cher^^

 

 

Règles des messages

  • Vous ne pouvez pas créer de sujets
  • Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
  • Vous ne pouvez pas importer de fichiers joints
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  
  • Les BB codes sont Activés
  • Les Smileys sont Activés
  • Le BB code [IMG] est Activé
  • Le code [VIDEO] est Activé
  • Le code HTML est Désactivé
Haut de page